Taxis et VTC : l’assurance auto pour votre sécurité

Home / Sécurité / Taxis et VTC : l’assurance auto pour votre sécurité

Les 55 000 chauffeurs de taxis recensés en France ont désormais le choix entre les statuts d’artisan, de locataire ou de salarié. Les chauffeurs VTC, eux, sont des travailleurs indépendants, des auto-entrepreneurs. Conducteurs de taxi ou conducteurs de voiture de tourisme, quand devriez-vous souscrire à une assurance auto ?

Taxi et VTC : points communs et différences

Chauffeurs de taxi et conducteurs de véhicule de tourisme peuvent être des travailleurs indépendants. Ils détiennent une carte professionnelle. Les premiers doivent afficher cette carte sur le pare-brise de leur véhicule, avec leur autorisation de stationner. Les seconds ne sont pas autorisés à stationner. Ils ne peuvent pas non plus recueillir des passagers en route comme le font les taxis. D’ailleurs, les VTC ne portent pas de lanterne. Ils se présentent alors comme des voitures ordinaires. En fait, ce sont des voitures de standing avec chauffeur privé que les clients peuvent avoir à leur disposition sur réservation. Ayant une capacité d’accueil allant de 4 à 9 personnes, un VTC peut être commandé par téléphone au moins un quart d’heure avant mise en service.

Quant au taxi, il peut être hélé. Un arrêté préfectoral l’ordonne de porter un lumignon. La couleur du signal lumineux qu’il émet définit son tarif maximum.

L’assurance auto pour les taxis indépendants et des VTC

Les chauffeurs des taxis indépendants sont des artisans. Ils sont titulaires d’une licence dont la validité est égale au temps total d’attente qui peut s’étendre jusqu’à plusieurs années. La licence est donc en quelque sorte une autorisation de stationnement qui peut être consommée tel un crédit. Elle peut être mise en location. Un chauffeur en cessation d’activité est en droit de la vendre.

Ceci étant, qu’il conduise un taxi ou un VTC, le chauffeur indépendant est propriétaire de son véhicule. L’assurance auto est alors obligatoire. La couverture comprend, non seulement la responsabilité civile, mais aussi et surtout, les garanties des dommages atteignant les passagers et leurs biens. Les autres garanties se rapportent à la voiture et courent en cas de vol, incendie ou accident.

Taxi locataire ou taxi salarié

Le chauffeur d’un taxi locataire utilise une licence qu’il a louée auprès d’une société de taxis ou d’un autre chauffeur. Parce que toute licence est rattachée à une voiture, en d’autres termes, ce chauffeur locataire utilise une voiture de location. Il peut très bien le louer ou l’acheter. S’il l’achète, il devient alors propriétaire du bien. Il lui appartient alors d’assurer son véhicule contre les éventuels dommages touchant la clientèle et ses biens. S’il le loue à un organisme de taxis. Ce sera cet organisme qui doit souscrire une assurance professionnelle.

Le chauffeur salarié, lui, a le statut d’un employé. Ni la licence de taxi ni la voiture ne lui appartient. Il travaille en général pour le compte d’une société de taxis. Il n’est pas fixé sur une même voiture. Ce sera donc le propriétaire du véhicule qui va prendre en charge l’assurance du bien. De son côté, le chauffeur salarié bénéficie de tous les droits d’un employé comme l’Assurance Maladie s’il est obligé de cesser de travailler pour raison de santé. Il perçoit également une allocation chômage en cas de licenciement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *